Merlin voyances

Merci de vous identifier pour accéder au forum !
Merlin voyances

Voyances, soins holistiques, intercession, géobiologie, bioénergétique


    Conversation avec Don Amorth ordonné prêtre exorciste en Italie

    Partagez

    Merlin voyance
    Admin

    Messages : 685
    Date d'inscription : 07/03/2010
    Age : 47
    Localisation : Caen

    Conversation avec Don Amorth ordonné prêtre exorciste en Italie

    Message  Merlin voyance le Mer 12 Sep - 4:16

    Conversation avec Don Amorth ordonné prêtre exorciste en Italie
    Vous êtes dans un lieu d’observation privilégié : avez-vous l’impression que le satanisme se répand ?
    D.A. : Oui. Enormément. Quand la foi recule, la superstition fait des progrès. En termes bibliques, je peux dire que l’on abandonne Dieu pour se livrer à l’occultisme. Le terrible recul de la foi dans toute l’Europe catholique fait que les gens se jettent dans les bras des magiciens et des cartomanciens, et que les sectes sataniques prospèrent. Le culte du démon fait l’objet d’une grande publicité auprès des masses entières, à travers le rock satanique de personnages comme Marilyn Manson. On s’attaque aussi aux enfants : il y a des journaux et des bandes dessinées qui enseignent la magie et le satanisme.
    Les séances de spiritisme dans lesquelles on évoque les morts pour qu’ils répondent à certaines questions sont très répandues. On enseigne maintenant à faire des séances de spiritisme à travers l’ordinateur, le téléphone, la télévision, le magnétoscope, mais surtout à travers l’écriture automatique. Il n’y a même plus besoin du médium : c’est un spiritisme que chacun peut exercer par soi-même. Selon les sondages, 37% des étudiants ont fait au moins une fois le jeu des lettres ou du verre qui est une véritable séance de spiritisme. Dans une école où j’avais été invité à parler, les élèves m’ont dit qu’ils faisaient ce jeu durant l’heure de religion, sous les yeux complaisants du professeur.
    Et cela fonctionne ?
    D.A. : Il n’y a pas de différence entre magie blanche et magie noire. Quand la magie fonctionne, c’est toujours l’œuvre du démon. Toutes les formes d’occultisme, comme ce grand recours aux religions d’Orient, avec leurs suggestions ésotériques, sont des portes ouvertes au démon. Et le diable entre tout de suite.
    Je n’ai pas hésité à dire immédiatement, dans le cas de la sœur qui a été tuée à Chiavenna et dans celui d’Erika et d’Omar, les deux adolescents de Novi Liguri qui ont tué la mère et le petit frère d’Erika, qu’il y avait eu une intervention du démon, parce que ces enfants se livraient au satanisme. L’enquête de la police a ensuite montré qu’ils suivaient Satan, qu’ils avaient des livres sataniques.
    Comment s’y prend le démon pour séduire l’homme ?
    D.A. : Il a une stratégie monotone. Je le lui ai dit et il le reconnaît… Il fait croire que l’enfer n’existe pas, que le péché n’existe pas et qu’il n’est qu’une expérience de plus à faire. Concupiscence, succès et pouvoir sont les trois grandes passions sur lesquelles s’appuie Satan.
    Combien de cas de possessions démoniaques avez-vous rencontrés ?
    D. A. : Au bout de cent, j’ai arrêté de compter ;
    Cent ? Mais c’est énorme. Dans votre livre, vous dites que les cas de possession sont rares.
    D.A. : Et ils le sont vraiment. De nombreux exorcistes n’ont rencontré que des cas de maux diaboliques. Mais moi, j’ai hérité de la « clientèle » d’un exorciste célèbre, le Père Candido, et donc des cas qu’il n’avait pas encore résolus. De plus les exorcistes m’envoient les cas les plus résistants.
    Quel est le cas le plus difficile que vous avez rencontré ?
    D.A. : Je l’ai en « traitement » en ce moment, et cela depuis deux ans. C’est la jeune fille qui a été bénie – il ne s’agit pas d’un véritable exorcisme – par le Pape en octobre, au Vatican, et dont le cas a fait grand bruit dans la presse. Elle est frappée vingt-quatre heures sur vingt-quatre et en proie à des tortures indicibles. Les médecins et les psychiatres n’y comprennent rien. Elle est tout à fait lucide et très intelligente. Un cas vraiment douloureux.
    Comment devient-on victime du démon ?
    D.A. : On peut être soumis aux attaques du démon dans quatre cas. Ou parce que cela constitue un bien pour la personne et c’est le cas de beaucoup de saints, ou en raison de la persistance irréversible dans le péché, ou parce que l’on est victime d’un maléfice lancé à travers le démon, ou lorsqu’on se livre à des pratiques d’occultisme.
    Durant l’exorcisme de personnes possédées, quel type de phénomènes se produit-il ?
    D.A. : Je me rappelle un paysan analphabète, qui, pendant l’exorcisme, me parlait seulement en anglais et j’avais besoin d’un interprète. Il y a des gens qui manifestent une force surhumaine, d’autres qui se soulèvent complètement de terre et que l’on n’arrive pas, même à plusieurs, à maintenir assis sur leur fauteuil. Mais c’est seulement le contexte dans lequel ces phénomènes se produisent qui nous fait parler de présence démoniaque.
    Le diable ne nous a-t-il jamais fait du mal à vous personnellement ?
    D.A. : Lorsque le cardinal Poletti m’a demandé d’assumer la fonction d’exorciste, je me suis recommandé à la Vierge : « Enveloppe-moi dans ton manteau et je serai en totale sécurité. » Des menaces, le démon m’en a souvent faites, mais du mal, jamais.
    Il ne vous arrive jamais d’avoir peur du démon ?
    D.A. : Moi peur de cette bête ? C’est lui qui doit avoir peur de moi ; moi, j’agis au nom du Seigneur du monde. Et lui, il n’est que le singe de Dieu.
    Père Amorth, le satanisme se répand de plus en plus. Le nouveau Rituel empêche, en pratique, de faire des exorcismes. On empêche les exorcistes de participer à une audience du Pape place Saint-Pierre. Dites-moi franchement : que se passe-t-il ?
    D.A. : La fumée de Satan entre partout. Partout ! On nous a peut-être exclus de l’audience du Pape parce qu’on avait peur que tant d’exorcistes réussissent à chasser les légions de démons qui se sont installées au Vatican.
    Vous plaisantez, n’est-ce pas ?
    D.A. : Cela peut sembler une plaisanterie, mais je ne crois pas que cela en soit une. Je n’ai aucun doute sur le fait que le démon tente surtout les autorités de l’Église, comme il tente toutes les autorités, celle de la politique et de l’industrie.
    Vous dites donc qu’ici aussi, comme dans toutes les guerres, Satan veut conquérir la place forte de l’ennemi, pour faire prisonniers les généraux ennemis ?
    D.A. : C’est une stratégie gagnante. On essaie toujours de s’en servir. Surtout quand les défenses de l’adversaire sont faibles. Satan lui aussi essaie. Mais, grâce au Ciel, il y a l’Esprit-Saint qui dirige l’Eglise : «Les portes de l’enfer ne prévaudront pas.» Malgré les défections. Et malgré les trahisons, dont il ne faut d’ailleurs pas s’étonner. La première trahison fut l’œuvre de l’un des Apôtres les plus proches de Jésus : Judas Iscariote.
    Pourtant, malgré cela, l’Eglise poursuit son chemin. L’Esprit-Saint la maintient debout et les attaques de Satan ne peuvent donc connaître que des réussites partielles. Certes, le démon peut gagner des batailles, et même des batailles importantes. Mais jamais la guerre.
    « Saint Athanase, Contra Gentes, 6, P. G. t. XXV, c. 12D) : « Ne va pas t'imaginer que le mal a une subsistance propre, hypostasis: la perversité ne subsiste pas comme si elle était quelque chose de vivant; on ne mettra jamais devant les yeux sa substance, ousia, comme existant vraiment, car le mal est privation du bien ».

      La date/heure actuelle est Mar 6 Déc - 7:00